Passer du temps à l’extérieur n’a jamais été aussi important pour la santé mentale et physique de nos enfants.

Ajoutez à cela les plaisirs du jardinage accueillant pour nos pollinisateurs et vous obtenez une recette parfaite. Lisez la suite pour obtenir des conseils pour vous aider à réussir votre jardin pour pollinisateurs, en compagnie de vos enfants.

Créer un jardin accueillant pour les pollinisateurs – ou la faune en général – est une excellente façon de profiter du plein air, d’aider nos voisins sauvages et d’embellir nos espaces naturels. Voici quelques détails à garder à l’esprit pour simplifier et réussir votre expérience.

Choix des plantes

Voici quelques conseils pour choisir des plantes bénéfiques :

  • Évitez les plantes cultivées avec des néonicotinoïdes, car ces pesticides demeurent dans les plantes et peuvent nuire aux pollinisateurs (et aux oiseaux qui consomment leurs graines).
  • Évitez celles qui ont été trop cultivées au point de ne plus produire de nectar et de pollen.
  • Évitez les plantes connues pour être envahissantes. Vérifiez auprès de votre conseil provincial sur les plantes ou les espèces envahissantes.
  • Incluez une diversité de plantes avec des couleurs de fleurs, des formes, des tailles et des périodes de floraison différentes, afin de soutenir les nombreux pollinisateurs et leurs habitudes alimentaires et cycles de vie variés.
  • Incluez des plantes indigènes de votre région, car elles ont coévolué avec la faune locale et constituent souvent une source de nourriture idéale.

La FCF propose une gamme de trousses de plantes accueillantes pour les pollinisateurs et les oiseaux, cultivées sans néonicotinoïdes et vendues dans de nombreux magasins Home Depot partout au Canada. Elles sont en vente au mois de mai.

Soin des plantes jusqu’à leur plantation

Si vos plantes sont déjà endurcies (acclimatées aux conditions extérieures), conservez-les à l’extérieur dans un lieu un peu abrité afin qu’elles ne périclitent pas face aux intempéries, et évitez de les entreposer à l’intérieur. Si vous devez entreposer vos plantes à l’intérieur pour une raison quelconque, choisissez un emplacement qui correspond plus étroitement aux conditions extérieures actuelles, comme un garage non chauffé. Gardez-les à l’intérieur le moins longtemps possible et mettez-les de temps en temps dehors, par exemple pendant la journée, dans la mesure du possible.

Arrosez vos plantes suffisamment pour qu’elles ne soient pas détrempées, mais pas non plus asséchées. Gardez-les légèrement humides au toucher et arrosez-les lorsqu’elles montrent des signes de dessèchement, sauf si leur étiquette indique qu’elles ont d’autres besoins.

Assurez-vous surtout que vos plantes sont bien arrosées pendant la journée ou la matinée qui précèdent leur plantation.

Préparation du site

Pour déterminer l’emplacement et la taille de la plate-bande, gardez à l’esprit les plantes que vous souhaitez y faire pousser. Assurez-vous que leurs besoins en matière de lumière et d’humidité peuvent être satisfaits à cet endroit. Assurez-vous également que la plate-bande est suffisamment spacieuse pour que les plantes que vous souhaitez y faire pousser puissent se développer à leur pleine hauteur et largeur. Pour définir ces détails, lisez les étiquettes, posez des questions aux employés de votre pépinière ou faites des recherches en ligne.

Pour préparer votre projet, pensez aux ressources dont vous aurez besoin et vérifiez si vous en disposez ou si vous devez vous les procurer. Voici quelques outils qui sont généralement nécessaires :

  • Pelles et truelles (et peut-être coupe-bordure ou bêche, le cas échéant)
  • Arrosoirs
  • Source d’eau
  • Compost, si le sol doit être amendé
  • Gants
  • Chapeau
  • Bouteille d’eau
  • Coussin pour s’agenouiller, le cas échéant

Voici quelques conseils pour creuser une nouvelle plate-bande ou en agrandir une :

  • Délimitez la bordure de la plate-bande à l’aide d’une ficelle ou de brindilles.
  • Une fois la forme définie, déterrez l’herbe. Pour ce faire, utilisez des outils comme une pelle, une bêche ou un coupe-bordure comportant une extrémité pointue, sur lesquels vous appuierez avec votre pied pour découper le gazon le long du périmètre. Vous pouvez ensuite utiliser ces outils pour découper le gazon en mottes faciles à retirer.
  • Après le découpage, utilisez les mêmes outils pour soulever les mottes.
  • Si vous avez déterminé plus tôt que votre sol a besoin d’être amendé, c’est le moment d’y remédier. Cela peut être le cas si votre sol est principalement composé de sable ou d’argile et a besoin d’être compacté ou ameubli. Ajoutez du compost et mélangez bien.

Au lieu de creuser, vous pouvez également envisager la méthode d’étouffement du gazon qui ne perturbe pas autant les micro-organismes dans le sol et ne fait pas remonter les graines de mauvaises herbes potentielles à la surface. C’est aussi beaucoup moins exigeant pour le dos! Certains ont recours à cette méthode une saison ou deux à l’avance pour laisser le temps aux mottes de gazon recouvertes de se décomposer et faciliter le creusage. Vous pouvez cependant commencer à creuser tout de suite, au besoin.

  • Déposez plusieurs feuilles de papier journal (évitez les impressions en couleurs) et du carton (retirez le ruban adhésif).
  • Couvrez d’une couche de compost suffisamment épaisse pour empêcher le papier de s’envoler ou l’herbe de pousser (certains types sont plus résistants que d’autres).
  • Lorsque vous êtes prêt à planter, cette saison ou plus tard, creusez un trou à l’endroit où vous souhaitez positionner la plante et partez de là.

Plantation

  1. Il est préférable de planter par temps nuageux, car trop de soleil peut empêcher les plantes déjà stressées de s’adapter à un nouvel emplacement et perturber leur enracinement. Si vous ne pouvez pas éviter une journée ensoleillée, essayer de planter plus tard, lorsque le soleil est plus bas dans le ciel. Et si cela ne peut être évité, arrosez vos plantes avec beaucoup de vigilance pour les aider à prendre racine.
  2. Si vous avez le luxe de pouvoir choisir le moment, optez pour une journée qui sera suivie d’un ou deux jours de ciel nuageux ou de pluie. La saison de l’année est un autre facteur d’importance. Planter pendant l’été, lorsque des périodes de sécheresse sont susceptibles de se produire, nécessite davantage d’arrosage et réduit les chances de survie de vos plantes.
  3. Placez vos plantes dans les lieux désirés en les disposant de manière à ce qu’elles puissent toutes être vues, une fois qu’elles auront atteint leur taille définitive. Prenez du recul et regardez votre arrangement depuis divers points de vue, comme un banc extérieur, une fenêtre de cuisine ou un trottoir, selon l’endroit où vous plantez et l’effet que vous espérez.
  4. Une fois que vous êtes satisfait de la disposition, déplacez légèrement les pots puis creusez des trous, soit avec une truelle s’il s’agit de petits trous, soit avec une pelle pour les trous plus grands.
  5. Si le sol est très difficile à travailler, mélangez-le un peu pour l’assouplir afin que les racines des plantes puissent pousser plus facilement. Vous pouvez ajouter du compost et mélanger un peu le sol si vous pensez qu’il a besoin de nutriments.
  6. Arrosez bien les trous. Laissez la terre absorber l’eau et arrosez à nouveau copieusement. Répétez jusqu’à ce que le sol soit saturé.
  7. Retirez délicatement les plantes de leurs pots et placez-les dans les trous, en vérifiant qu’elles sont bien droites. Si une plante est ligneuse, il est très important de ne pas enterrer son tronc/sa tige et de maintenir le haut de sa motte au niveau du sol. Si elle n’est pas ligneuse, cela n’est pas un problème si la tige est un peu recouverte.
  8. Comme les racines auront été bien arrosées la veille ou ce matin-là, vous n’avez pas besoin d’arroser à nouveau les plantes à ce stade. Ajoutez la majeure partie de la terre précédemment retirée, suffisamment pour remplir les trous autour des mottes, puis tapotez doucement. Ne tapez pas trop fort, pour ne pas supprimer les espaces nécessaires pour l’air et l’eau présents dans le sol.
  9. Arrosez la zone copieusement, attendez que l’eau soit absorbée, puis arrosez un peu plus. Très souvent, les gens pensent qu’il suffit d’arroser les plantes, mais, la plupart du temps, l’eau ne pénètre pas assez profondément et n’atteint pas la totalité des mottes. De cette façon, vos plantes pourront s’abreuver selon leurs besoins et s’adapter à leur nouvel environnement.

Entretien

  • Arrosez vos plantes souvent, surtout s’il ne pleut pas ou qu’il tombe une pluie très légère. Arrosez régulièrement et fréquemment, jusqu’à ce que les racines s’établissent, parfois jusqu’à l’année suivante. Il est préférable d’arroser les plantes au niveau de leur base ou du sol autour d’elles. Cela permet à l’eau d’atteindre directement les racines, de limiter la brûlure des feuilles par le soleil si vous arrosez en pleine journée et d’éviter l’apparition de moisissure, problème qui peut se produire en particulier si vous arrosez le soir quand les nuits sont fraîches ou si vos plantes sont trop rapprochées et que la circulation d’air est minimale.
  • Si vous avez besoin d’ajouter du compost à une plate-bande, placez-le simplement sur le dessus ou mélangez-le très légèrement avec la couche supérieure afin de ne pas perturber les racines des plantes environnantes.

Nous vous souhaitons bonne réussite dans vos projets de plantation!

En savoir plus : Jardinage pour la faune