Demandez à n’importe quel ornithologue quels sont les oiseaux les plus intelligents de la planète et vous obtiendrez l’une des deux réponses suivantes : les corvidés (c’est-à-dire les corneilles, les corbeaux, les pies et les geais) ou les perroquets.

Je dois admettre que je suis un peu partial à l’égard des premiers, ne serait-ce que parce que je dirige une équipe informelle qui tente d’établir le mésangeai du Canada, ou geai gris, comme notre oiseau national. Mais laissons cela de côté et examinons quelques preuves récentes.

L’année dernière, j’ai regardé sur YouTube une vidéo étonnante d’un perroquet gris africain observant un humain placer un aliment dans une boîte munie de toute une série de dispositifs de verrouillage, notamment des roues filetées, des loquets et autres. Immédiatement après, le perroquet a inversé toutes les étapes avec facilité et a récupéré la nourriture.

Je m’en voudrais certainement de ne pas mentionner Alex, le célèbre gris africain, qui a « travaillé » avec Irene Pepperberg, professeure de psychologie et de comportement cognitif, qui a enseigné à Purdue et au Media Lab du MIT et qui travaille maintenant à l’université Harvard.

Elle a mené de multiples expériences avec Alex, qui ont abouti à plusieurs publications scientifiques, à des conférences et, finalement, au livre grand public Alex & Me. Bien que tous les psychologues n’aient pas cru à ses arguments, elle a réussi à me convaincre qu’Alex et ses congénères pouvaient indéniablement s’engager dans la communication abstraite et, ce faisant, faire preuve d’un niveau d’intelligence assez élevé pour un oiseau.

Malgré ces exploits, je ne pense tout simplement pas qu’un perroquet gris, considéré par la plupart des amateurs de psittacidés comme l’oiseau le plus intelligent du monde, puisse faire ce que les corbeaux, en particulier les corbeaux de Nouvelle-Calédonie, peuvent accomplir. Dès 2002, sous les yeux de plusieurs scientifiques de l’université d’Oxford, l’un de ces corbeaux, Betty, a ramassé un morceau de fil de fer dans sa cage et a ensuite utilisé un objet proche pour en plier une extrémité en un outil crochu. Elle a ensuite utilisé le crochet pour sortir de l’intérieur d’un tube en plastique un petit récipient d’un produit alimentaire désirable.

Si tout le monde a conclu que Betty était un oiseau incroyablement intelligent, il s’avère que ce type de comportement est du stock ancien pour cette espèce dans la nature. Les corbeaux de Nouvelle-Calédonie en liberté fabriquent couramment des outils, comme une tige avec crochet à partir de la végétation, sans avoir jamais vu comment le faire, et les utilisent pour extraire les insectes des trous dans les troncs d’arbre. Mais cela va plus loin. Ces corbeaux étonnants ne font pas cela avec n’importe quelle vieille brindille. Ils recherchent un type particulier de tige végétale avec laquelle ils fabriquent leurs outils. Ils sont même capables d’identifier et d’utiliser les tiges après que l’homme les ait déguisées en y attachant les feuilles d’une autre plante. En d’autres termes, ils recherchent le bon outil pour le bon travail, ce que souvent, je suis incapable de faire!

Une expérience plus récente, présentée dans la série télévisée de la BBC « Inside the Animal Mind », a démontré encore davantage l’intelligence de ces oiseaux. Un corbeau de Nouvelle- Calédonie nommé 007 a résolu un puzzle en huit étapes sans même regarder un humain le faire en premier. Oui, l’oiseau avait appris les différentes étapes individuellement, mais il a également appliqué ses capacités cognitives pour faire ces étapes dans le bon ordre afin d’atteindre son but! Cela signifie que ces corbeaux sont capables de planifier.

Avec ce genre de réflexion, les corbeaux et les corneilles et les espèces apparentées obtiennent certainement mon vote en tant qu’oiseaux les plus intelligents de la planète.