Les poissons n’ont pas la possibilité d’interdire les produits chimiques dans leurs cours d’eau.

Les oiseaux ne peuvent pas voter pour réduire la pollution lumineuse des villes. Les lacs et les rivières ne sont pas invités aux audiences d’impact sur l’environnement. Les ours n’ont pas leur mot à dire sur la gestion de leurs forêts. Compte tenu de l’importance de la nature pour une vaste majorité
de Canadiens — et pour l’identité du pays — êtes-vous prêt à lui donner une voix lors de l’élection fédérale du 21 octobre?

Le Canada a la nature à coeur

Sparying insecticide on field
Les Canadiens sont préoccupés par l’environnement.

Deux sondages récents démontrent que les Canadiens sont préoccupés par l’environnement.

À l’occasion du Jour de la Terre 2019 (le 22 avril), la firme de recherche Ipsos Canada a publié les résultats d’un sondage qui démontre que l’environnement est la priorité en matière de politiques publiques chez un Canadien sur cinq, précédé seulement par les soins de santé.

Les répondants ont manifesté que les principaux défis écologiques de notre pays sont les suivants :

48 %
LE RÉCHAUFFEMENT
MONDIAL ET LES
CHANGEMENTS
CLIMATIQUES

23 %
LA POLLUTION DE L’AIR

21 %
LA POLLUTION DE L’EAU

21 %
L’ÉPUISEMENT DES
RESSOURCES NATURELLES

20%
LA CONSERVATION DE LA
FAUNE ET DE LA FLORE

86 % des Canadiens sont en faveur ou fortement en faveur de protéger et de conserver davantage d’espaces naturels au pays.

En mai, la maison de sondage Abacus Data, d’Ottawa, a publié les résultats d’un sondage mené pour la Campagne internationale de conservation boréale :

  • 86 % des Canadiens sont en faveur ou fortement en faveur de protéger et de conserver davantage d’espaces naturels au pays.
  • 87 % sont en faveur ou fortement en faveur de l’engagement du Canada de 2010 à l’effet de conserver 17 % des territoires et milieux d’eau douce du pays d’ici 2020.
  • 94 % sont en faveur de conserver davantage de la forêt boréale comme un moyen efficace de capture du carbone.
  • 78 % sont en faveur de la création d’aires de conservation autochtones (comme l’aire protégée Edéhzhie, de 14 000 km2 dans les T. N.-O.).
  • 59 % croient que le Canada devrait être un leader mondial dans la conservation et la protection de la faune et de la flore.
  • 58 % se sont déclarés déçus (plus un autre 11 % qui sont en colère) du fait que le pays a protégé une plus faible proportion de son territoire que d’autres pays similaires.

De toute évidence, le soutien des Canadiens pour la conservation de la nature va au-delà des allégeances partisanes.

Les cours d’eau sont aussi des personnes

dr. jen mcintyre wading in cedar river

Un mouvement est en marche partout dans le monde pour reconnaître des droits juridiques à la nature elle-même

Les Nation Unies endossent ce concept. En février, des citoyens de Toledo, en Ohio, ont voté pour reconnaître que le lac Érié a un droit juridique « d’exister, de s’épanouir et d’évoluer naturellement », de sorte que les humains ont maintenant le droit de poursuivre des pollueurs au nom du lac. En 2008, l’Ecuador a modifié sa constitution pour formaliser le statut de la nature devant les tribunaux. Depuis 2014, la Nouvelle-Zélande a reconnu des droits juridiques à une forêt, à une montagne et à un fleuve.

Aimeriez- vous voir les droits environnementaux de la faune enchâssés dans la Charte canadienne des droits et libertés? Et n’est-il pas temps que la loi suprême du pays intègre le droit à un milieu naturel en santé pour les humains canadiens?

Quand des candidats frappent à votre porte…
vous avez la parole

fawn deer and skunk

Il s’agit d’une conversation dans les deux directions : vous pouvez vous renseigner sur les programmes des partis et demander aux candidats d’exprimer leurs priorités. De leur côté, ils sont à l’écoute de ce qui vous préoccupe : les candidats et les partis veulent connaître vos attentes et sont disposés à y répondre, dans la mesure où ils les entendent. C’est en période électorale que leur écoute est la plus attentive. C’est votre chance de faire connaître vos priorités : les politiciens ne peuvent savoir combien la conservation de nos milieux naturels vous tient à cœur, à mois que vous leur disiez.

  • Faites connaître vos préoccupations aux candidats locaux de tous les partis.
  • Que ce soit à votre porte ou dans une assemblée publique, demandez-leur de détailler la plateforme de leur parti.
  • Creusez encore un peu et demandez-leur dans quelle mesure ces enjeux les motivent sur le plan personnel. Il se peut que vos candidats locaux ne soient pas d’accord avec leur parti et qu’ils puissent défendre efficacement vos options au sein de leur parti.
  • Assurez-vous qu’ils comprennent que les positions de leur parti sur la conserva-tion et d’autres enjeux écologiques détermineront de quel côté vous voterez.
  • Exprimez simplement ce qui est important pour vous.

En période d’élections, savoir, c’est pouvoir

Chacun des grands partis dans la course a une présence soutenue sur le web. Visitez leur site web pour mieux connaître leur plateforme sur les questions qui comptent le plus pour vous. Si vous avez des questions, contactez-les — ils seront ravis d’entendre parler de vous. Pour plus d’information, visitez des sites web non-partisans consacrés à l’éducation et à la mobilisation des électeurs. Ils proposent des informations utiles et des liens vers d’autres organisations

ÉLECTIONS CANADA

elections.ca
L’agence indépendante, non-partisane, qui organise les élections fédérales au pays offre un éventail d’informations essentielles, dont des renseignements spécifiques à votre circonscription, comme la liste complète des candidats.

L’APATHIE, C’EST PLATE

apathyisboring.com
Cette organisation sans but lucratif, non partisane, invite les jeunes à participer activement à notre démocratie.

LE CENTRE SAMARA POUR LA DÉMOCRATIE

samaracanada.com 
Cet organisme de bienfaisance non partisan a pour vocation de promouvoir la participation citoyenne à la vie publique.

Qu’est-ce qui compte pour vous?

Voici une courte liste d’enjeux et d’occasions à saisir. Quels sont les plus importants pour vous?

  • Créer et mettre en œuvre un programme national visant à conserver la qualité et le nombre de nos lacs et rivières, en particulier dans le cadre d’efforts d’adaptation aux changements climatiques.
  • Satisfaire à nos objectifs et engagements internationaux en matière de conservation de la biodiversité.
  • Établir de nouveaux mécanismes créatifs pour aider à financer la conservation.
  • Sauvegarder des habitats clés comme la prairie et la forêt boréale.
  • Déployer des instruments de politique économique susceptibles de récompenser des gestes qui viennent en aide à la nature et de taxer les actions qui détruisent les mécanismes naturels.
  • Voter une Charte des droits de l’environnement pour le Canada.
  • S’assurer que le Canada joue un rôle de leader dans le soutien à la conservation de la nature.
  • Restreindre l’utilisation des pesticides systémiques comme les néonicotinoïdes.
  • Accroître les investissements pour conserver 700 espèces en péril.
  • Mettre fin à la pollution par les plastiques.
  • Atteindre les cibles d’émissions de gaz à effet de serre pour 2030 et 2050.
  • Conserver les espèces de cétacés comme les baleines franches de l’Atlantique Nord et les orques résidentes de Colombie-Britannique.

Votez! Faites entendre ce qui compte pour vous

Maintenant que vous avez fait le travail, exercez vos droits. Le jour du scrutin ou par anticipation, votez, avec votre conscience.