Nous ne donnons pas suffisamment de crédit au travail que font certaines espèces pour garder notre environnement propre

Les espèces qui mangent des matières animales et végétales mortes et en décomposition sont appelées « charognards » – l’équipe de nettoyage de la nature, quoi!

Les charognards jouent un rôle essentiel pour l’environnement. Ils aident à décomposer la matière organique et à la remettre dans l’écosystème comme nutriments. Ils éloignent potentiellement les maladies et bactéries dangereuses en consommant les carcasses d’animaux sur le bord de la chaussée, le long de votre sentier préféré et dans d’autres endroits dont nous ne sommes même pas conscients.

Lisez ce qui suit pour connaître certains des charognards les plus productifs du Canada, dont certains pourraient vous étonner.

L’urubu à tête rouge

turkey vulture

L’urubu à tête rouge est un charognard dans son sens le plus vrai, car il se nourrit exclusivement d’animaux morts. Son odorat très développé l’aide à détecter le « parfum » de charogne le long des routes et sous la canopée des arbres. Son estomac contient des acides très forts qui aident à tuer les toxines et microorganismes dangereux, contribuant ainsi à réduire la propagation de maladies et de bactéries associées aux animaux en putréfaction.

Les papillons

butterly

Les papillons sont aussi des charognards! Plusieurs espèces de papillons ont été aperçues en groupe dans de la boue ou de l’urine ou posées sur des excréments ou des carcasses d’animaux ou de poissons pour se délecter des sels et minéraux vitaux.

Le renard roux

red fox

Le renard roux a un estomac d’acier et peut manger presque tout, y compris des campagnols, des souris, des écureuils, des lapins, des reptiles, des fruits sauvages et des déchets. Mais il mangera volontiers des carcasses s’il en a la chance.

La martre commune

pine marten

La martre commune est très jolie avec son petit visage rond et son nez pointu. Mais elle est aussi une prédatrice efficace avec ses griffes acérées, courbées et semi-rétractables qui l’aident à grimper les arbres. Comme de nombreuses autres espèces, elle est une prédatrice opportuniste qui ne manquera pas la chance de profiter d’un repas gratuit de restes.

Le coyote

coyote

Vous pouvez compter sur le coyote pour récupérer les restes des proies de loups. Il est un opportuniste de tout poil et mangera presque tout, qu’il s’agisse de petites proies, de cerfs, de fruits sauvages ou d’animaux morts.

Le grand corbeau

raven

Cet oiseau s’est adapté à la vie dans différents habitats du pays, grâce à quoi il s’est aussi habitué à la nourriture qui lui est accessible.  Le grand corbeau est surtout un omnivore opportuniste qui peut parfois s’attaquer à des animaux malades ou mourants et se nourrir de leur carcasse.

Le carcajou

wolverine

Le carcajou est plus carnassier que chasseur et dépend habituellement d’autres animaux, comme le loup, pour tuer pour lui. Mais s’il le faut, il tuera sa propre proie pour se nourrir.

Le homard d’Amérique

lobster

Le homard d’Amérique fait sa part pour nettoyer le plancher océanique. Ce crustacé des grandes profondeurs se nourrit de crabes, de mollusques et de crustacés, d’étoiles de mer, de vers marins, d’oursins, de limaces ou d’escargots – qu’ils soient vivants ou morts! Il fait certainement un bon boulot pour recycler les nutriments dans son habitat.

L’ours noir

black bear

L’ours noir profitera de toute nourriture qui lui est accessible. Il doit chercher de la nourriture près de 20 heures par jour pour prendre le poids nécessaire avant l’hiver et mangera des végétaux et des animaux, y compris de la charogne.

La tortue hargneuse

snapping turtle

La tortue hargneuse joue un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognard. Cette tortue contribue à la propreté de nos lacs et nos rivières en se nourrissant de charognes et en retournant les nutriments dans les cours d’eau.