Éclosion d’un plan pour le rétablissement des populations de tortues

Labelling snapping turtle eggs

Les tortues sont en sérieuse difficulté

Les huit espèces de tortues d’eau douce du Canada sont inscrites sur la liste des espèces en péril, faisant d’elles un des groupes d’animaux sauvages les plus menacés au Canada. Les tortues font face à de nombreux défis, dont :

  • la perte d’habitat
  • la mortalité sur les chaussées
  • de hauts taux de prédation

En 2018, la Fédération canadienne de la faune s’est mise à recueillir et à incuber des œufs de tortues serpentines et de tortues mouchetées dans l’est de l’Ontario dans le but d’aider les populations de tortues. Les œufs sont recueillis avec soin des nids, incubés au siège social de la FCF, et les petites tortues sont ensuite remises en liberté dans une terre humide le plus près possible du nid initial.

L’an dernier, nous avons recueilli plus de 400 œufs, et 95 % des œufs fertilisés ont éclos, nous permettant de remettre en liberté près de 400 petites tortues. Cette année, l’équipe de la FCF consacrée aux tortues s’est procuré un second incubateur. Nous avons donc été en mesure de recueillir et d’incuber plus d’œufs. Après de nombreuses nuits de travail ardu, l’équipe a recueilli plus de 500 œufs de tortues serpentines et de tortues mouchetées.

Pourquoi l’incubation des œufs aide-t-elle les populations de tortues?

CWF Freshwater Turtle Specialist Dave Seburn shows us the turtle eggs in the incubator.
Le spécialiste des tortues d’eau douce de la FCF Dave Seburn nous montre les œufs de tortues dans l’incubateur.
  • Dans de nombreuses régions, la prédation sur les nids, par des ratons laveurs, par exemple, est abondante. Les ratons laveurs se sont adaptés aux habitudes humaines et leurs populations ont augmenté. Il arrive fréquemment que les ratons laveurs détruisent près de 50 % des nids de tortues et, dans certaines régions, jusqu’à 80 %, ce qui constitue une perte importante de reproduction.
  • Si c’est un été frais et humide, les  œufs pourraient ne pas éclore avant l’automne. Dans le centre et l’est de l’Ontario, les œufs de tortues pourraient seulement éclore lorsque les températures atteignent la moyenne ou au-dessus de la moyenne.
  • Les prédateurs ne repéreront pas tous les nids le long des chaussées, mais ça ne signifie pas que ces nids sont hors de danger. L’entretien des chaussées peut inclure le nivellement des accotements, ce qui peut accidentellement déterrer les nids. Et, dans certaines régions, les accotements routiers sont vaporisés avec des pesticides qui tuent les plantes indésirables (mais qui peuvent aussi nuire aussi aux nids).
  • Les œufs qui n’éclosent pas ne sont pas nécessairement en sécurité. Les petites tortues émergent souvent à la fin de l’été ou au début de l’automne. Si le nid se trouve sur l’accotement d’une route, les bébés peuvent se retrouver en plein milieu de la chaussée et peuvent se faire écraser à peine sorti de l’œuf.
  • Les petites tortues qui évitent de se faire écraser doivent maintenant trouver une source d’eau. Certains nids sur le bord de la chaussée se trouvent à quelques mètres d’une source d’eau, ce qui facilite le déplacement des petites tortues. Or, nous avons trouvé des nids à plus de 100 mètres d’une source d’eau, distance énorme pour un bébé de la taille d’une pièce de deux dollars  – et c’est en supposant que la petite tortue se dirigera dans le bon sens!

La collecte et l’incubation des œufs visent à atténuer ces menaces et d’autres. Les œufs sont protégés de la prédation sur les nids par les ratons laveurs. La température et l’humidité sont contrôlées pour que les œufs éclosent à temps. Les bébés ne se feront pas écraser par une voiture et seront remis en liberté près d’une source d’eau.

snapping baby turtle

Malheureusement, la majorité des œufs de tortues ne donneront pas un bébé viable qui se rendra bel et bien jusqu’à une terre humide. En incubant les œufs et en remettant les bébés en liberté près d’une terre humide, nous contribuons à la reproduction des espèces de tortues. Les bébés doivent quand même faire face à plusieurs menaces une fois remis en liberté, mais ils ont au moins été épargnés des menaces les plus importantes en début de vie.

Apprenez-en plus sur le programme Aidonslestortues.ca

David Seburn

Auteur : David Seburn

David Seburn est le spécialiste des tortues d’eau douce à la Fédération canadienne de la faune. Il travaille en conservation des amphibiens et des reptiles depuis 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *