Une fin triste et un début heureux pour les chauves-souris d’Almonte

CWF bat house

Nos chauves-souris sont en liberté!

Si vous n’avez pas suivi les périples, les voici : ces animaux hibernants se sont fait évincer du nichoir qu’ils occupaient depuis plus de 50 ans. Ce lieu leur servait d’hibernaculum pendant l’hiver. Leur expulsion a rendu leur survie particulièrement difficile. Cependant, grâce à l’aide de la communauté, des sympathisants de la FCF et du Sanctuaire pour animaux sauvages de la vallée de la Rideau (RVWS), les chauves-souris ont pu passer l’hiver dans des « frigos » spéciaux et ont pu être relâchées au printemps.

bat house installation
Il est important de savoir que les chauves-souris canadiennes, en particulier ces sérotines brunes, présentent un haut niveau de fidélité au site, ce qui fait qu’elles reviendront toujours à leur nichoir primaire.

Pas de place

Malheureusement, la direction de l’église n’était pas d’accord avec notre idée d’offrir un autre nichoir aux bêtes sur les lieux. Ceci a rendu la tâche encore plus difficile, alors que nous tentions d’atténuer les effets néfastes causés par l’évincement des chauves-souris. Dans l’idéal, nous aurions installé des nichoirs pour chauves-souris sur le terrain de l’église. Au lieu de cela, nous avons dû trouver un autre emplacement adéquat à proximité de l’église.

Avec l’aide de Shaun McLaughlin, maire de Mississippi Mills, et de Calvin Murphy, directeur municipal des loisirs, la Fédération canadienne de la faune a pu dénicher un habitat qui convienne aux chauves-souris : le club de curling Almonte, immédiatement à côté de l’église.

Enfin à la maison!

releasing bats into new CWF bat houseCe printemps, mes collègues et moi sommes rendus à Mississippi Mills, en Ontario, pour libérer les chauves-souris rescapées qui avaient passé l’hiver avec Linda Laurus et le Sanctuaire pour animaux sauvages de la vallée de la Rideau.

Les chauves-souris ont été relâchées dans leur nouveau nichoir et tout s’est bien déroulé. Les bêtes nocturnes étaient amicales, bavardaient tout le temps, et semblaient très heureuses d’être de retour au bercail. Les sérotines brunes participent maintenant à l’équilibre de l’écosystème en s’alimentant d’insectes volants nocturnes.

En plus des nichoirs installés au club de curling Almonte, la Mississippi River Parkway Commission a également décidé d’installer un grand condo à grandes chauves-souris dans le parc Metcalfe Geoheritage. Cette zone offre un habitat d’alimentation important pour les chauves-souris locales. De plus, cette installation servira de lieu d’engagement et d’éducation pour la communauté.

Le pesticide de la nature

Il est très important de comprendre le rôle que jouent les chauves-souris dans l’environnement. Elles servent de pesticide naturel : elles économisent d’ailleurs des millions de dollars à l’industrie agricole chaque année, car elles s’alimentent d’insectes nuisibles. Il est aussi primordial de bien comprendre le rôle que nous pouvons jouer dans la protection de ces animaux.

Cette installation offre l’occasion d’organiser des sessions informatives et de sensibiliser la communauté au sort de nos chauves-souris, et à leur mode de niche. C’est ainsi que tout un chacun pourra développer des techniques pour veiller sur les espèces en voie de disparition et pourra identifier les espèces qui nichent sur leur propriété.

https://youtu.be/X1msH03Bk9Y

Elles ont vraiment besoin de nous

La majorité des espèces de chauves-souris de l’Ontario sont en voie de disparition et les autres le sont presque également. La croissance de leur population est trop lente pour contrer les éléments perturbateurs actuels et à venir. Nous devons agir. Ces nichoirs aménagés représentent une étape importante qui pointe dans la bonne direction.

Il est bien évident que la Fédération canadienne de la faune n’aurait pas pu sauver ces chauves-souris sans l’aide du RVWS, de nos donateurs, des personnes facilitatrices travaillant à la municipalité de Mississippi Mills et de la communauté locale. Cette aventure témoigne de la grandeur et de la bienveillance d’une communauté pleine de ressource qui sait prêter main forte quand les temps sont durs. Des initiatives comme celle-ci changent la donne pour les espèces qui ont besoin d’un coup de main. Les résultats que nous avons tous atteints ont une incidence directe et durable dans la nature qui nous entoure.

Des remerciements tous particuliers à : Linda Laurus (directrice du Sanctuaire pour animaux sauvages de la vallée de la Rideau), Jefferson Drost (Homes4Wildlife), Pascal Meunier (chef des pompiers de Mississippi Mills), Shaun McLaughlin (maire de Mississippi Mills), Calvin Murphy (gestionnaire municipal des loisirs), Scott Newton (corporation Mississippi River Power).

 

Mike Anissimoff

Auteur : Mike Anissimoff

Mike Anissimoff est un Spécialiste de la conservation des chauves-souris pour la Fédération canadienne de la faune et travaille dur à promouvoir la conservation de tout ce qui est sauvage.

2 thoughts on “Une fin triste et un début heureux pour les chauves-souris d’Almonte”

  1. Bravo!! Beau travail!! Comme c’Est inspirant de lire de belle histoire comme ça! Mon conjoint a fabriqué (a ma demande) un nichoir pour chauve-souris que nous avons placer sur notre maison au mois d’avril. Malheureusement il n’y a pas de chauve-souris pour l’instant encore.. pouvez-vous me dire si c’Est normal? Merci beaucoup. Je voudrais vraiment que mon nichoir trouve preneur….

    1. Bonjour Martine!

      Merci beaucoup d’avoir pris contact avec nous et de vos aimables paroles. Je suis heureux de voir que vous vous tenez au courant de nos réalisations à l’égard de la conservation des chauves-souris. D’après ce que vous dites, vous essayez vous aussi de conserver les chauves-souris. En fournissant un abri douillet à de futures mamans, vous veillez à leur conservation et au rétablissement de leurs populations. Bravo! Ce que vous décrivez est assez fréquent. Les chauves-souris peuvent même avoir besoin de plusieurs années avant de s’approprier un bel abri.

      Il y a beaucoup de facteurs dont il faut tenir compte quand ça vient aux abris pour chauves-souris. Les chauves-souris aiment la chaleur. Idéalement, l’abri sera placé sur une structure d’origine humaine (ou un très grand poteau avec un cône anti-prédateur) et fera face au sud. Il doit recevoir de 8 à 10 heures de plein soleil par jour. L’installation dans un arbre peut causer des problèmes en raison des prédateurs et des branches. L’abri doit être installé à une hauteur de plus de trois mètres. La taille et le nombre de chambres que comporte l’abri sont importants. Un abri plus grand (avec plusieurs chambres) est préférable. La couleur de l’abri est aussi importante, car elle aide à régulariser la température. Mais assurez-vous d’utiliser une peinture non toxique pour les chauves-souris! De plus, il est préférable d’installer l’abri dans un endroit non encombré, sans branches pendantes, car les chauves-souris ont besoin d’espace pour faire une descente en piqué. Finalement, il faut s’assurer que l’abri est loin de toute source de pollution lumineuse. Les chauves-souris peuvent chasser près d’une source lumineuse, mais ne se percheront pas dans ces endroits. Les femelles ont tendance à se percher en groupe, mais les mâles préfèrent être seuls. Si vous avez un abri à une chambre bien situé, vous attirerez vraisemblablement un mâle solitaire. Les colonies de femelles seront plutôt attirées par des abris à plusieurs chambres bien situés.

      N’hésitez pas à communiquer avec moi si vous avez d’autres questions.

      Je vous souhaite beaucoup de succès avec ce merveilleux projet!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *